Clair-obscur

Une pelote d’or lentement se déroule
Un éclat de lumière brille dans la pénombreclair-obscur-2
De ces lieux habités par un mystère caché ;
Lieux de repos figés comme pour l’éternité
Et pourtant tellement pleins de cette vie passée…

Qui viendra du dehors réveiller le secret
Qui dort dans ses murs ?
Secret fait de splendeur et de mélancolie :

On entre dans ces lieux comme dans un château.
Ils invitent le flâneur à entendre l’histoire,
Le beau récit de ce que fut leur gloire
Peu à peu tombée dans l’oubli.

Pleurent les pierres, pleurent les murailles
Mais non, des lieux comme ça n’ont pas de larmes
C’est la paix qu’ils abritent
Celle d’au-delà l’histoire, la tempête et la gloire.

Et celui qui vient par hasard leur rendre visite
Comprendra peut-être s’il est attentif
Que leur calme est joyeux et qu’ils rendent grâce
À la vie qui perdure dans le secret de l’âme.

Myriam Delvarre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *