Impromptu

« La musique est dans tout, un hymne sort du monde »
Victor Hugo

Je me souviens d’un jour
Un jeune était assis sur une marche dans la cour
Peinard, avec sa guitare.impromptu
Il a commencé à pincer deux trois cordes
Cela faisait tong, tong, tung
Et le silence.
Tong tong tung
Dans le silence.
Et puis des bruits bizarres, des couinements, des frottements
Pendant qu’il réglait son instrument.
Une note a jailli, claire et surprenante
Au milieu de cette incohérence.
Tang !
C’était le début d’une naissance.
Quelques accords, tout doucement
Ont pris leur place en échauffement.
Le son était chaud et réconfortant
Comme les prémices d’une histoire d’enfant
La promesse tacite d’une belle aventure.
Et j’écoutais la paix de ce temps en suspens
Le calme de l’attente
Où plus aucune note ne venait résonner.
Il y en a une pourtant qui du néant s’est élevée.
Timide et hésitante,
Elle a donné son la au silence brisé.
C’est là que la musique a pris corps.
Comme une flamme qu’on avive en l’attisant encore,
L’étincelle sonore a gagné en puissance
Et d’autres l’ont suivie
Si bien que c’est un feu de joie rythmé par la cadence
Qui a empli l’espace de sa fougueuse vie.

Je m’étais arrêtée à dix pas du joueur
Happée par la gaieté qui vibrait dans la cour.
Étonnante communion dans le secret du cœur
Qui lui parle tout bas bien mieux que des discours !
Mais je n’avais pas vu le plus beau.
De l’éclatant brasier se donnant sans compter
L’intensité est allée decrescendo
Et les sons se sont mis en sourdine.
Les accents joyeux se sont faits les plus doux
Comme si les cordes elles-mêmes s’habillaient de feutrine
Et j’ai tendu l’oreille, peut-être pour mieux goûter
Le charme qui s’offrait dans la délicatesse.

La musique s’était assoupie
Ou presque.
Seuls quelques accords formaient un arrière fond ténu.
J’avais cette sensation qu’on a dans les églises
Comme un voile de respect devant un grand mystère.
Et puis il est sorti, un chapelet de cinq notes
Comme des bulles de savon fragiles et éphémères :
Ting, tang, tong, toung, teng !
Je me suis approchée, et mon cœur a souri :
Une mélodie venait d’éclore.

Myriam Delvarre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *