Les enfants d’Abraham

Écoutez, forêts dansantes
Écoutez, monts et clairs ruisseaux,les-enfants-d'abraham-0
Quelle est cette plainte qu’on entend
Résonner jusqu’au ciel pur de Canaan ?
C’est Abraham qui pleure ses enfants.

Il sanglote doucement,
Le dos courbé sur son bâton
Des larmes rouges de sang
Coulent le long de son blanc menton.

Il crie : « Mes fils, où êtes-vous tous partis ?
Insensés, stupides
Vous voilà dispersés en des terres arides.
Pourquoi quitter ce doux refuge
Que tendrement je vous offrais ?
Pourquoi cracher sur les promesses
D’une belle vie de plénitude ?

Mais revenez donc,
Laissez les arcs et les javelots
Revenez après de moi
Qui me languis de jour en jour,
Consumé par mon amour !les-enfants-d'abraham-1
Revenez à la maison,
Là où le lait coule à flots ! »

O forêts dansantes,
Et vous monts et clairs ruisseaux,
Versez des larmes compatissantes
Pour Abraham et ses enfants.
Alors peut-être que l’on verra
Dans la rougeur d’un matin d’Orient
Douze cavaliers venant au loin
Petites poussières sur le chemin.
Et ce jour là on fêtera
Toute la terre sera en joie
Et ce jour là on fêtera
Abraham qui a retrouvé ses enfants.

Myriam Delvarre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *