Merci la vie

Je suis née quelque part
Entre hier et aujourd’hui.Meci-la-vie-4
Mais qui aurait pu croire
Que ce serait à six mois et demi ?
Était-ce le hasard,
Une étrange destinée,
Ou une simple erreur
Dans le registre du Créateur ?
On ne le savait pas.
Toujours est-il que j’étais là,
Toute recroquevillée,
Enfant prématurée,
Qu’on avait trop tôt poussé
Vers la porte d’entrée.

Dès le premier instant,
Je me sentis aimée.
Lorsque j’ai eu 2 ans
Le verdict est tombé :
J’étais handicapée ;
Je ne pourrais jamais marcher.
Malgré ce malheur peu banal,
On a bien voulu de moi.Meci-la-vie-3
Et comme en écho à ce coup brutal
On a reçu la foi.

Mon père, qu’on disait bricoleur
A fabriqué une B.T.T.
Sorte de Brouette Tout-Terrain
Pour m’emmener dans les chemins.
Ma mère s’est dévouée corps et âme
Pour m’apprendre à écrire.
Quant à mes frères et sœur
Qu’y a-t-il besoin d’en dire ?
Ils ne m’ont adressé aucun blâme
Ils m’ont aimée du fond du cœur.
Partout où je suis allée,
Je n’ai rencontré
Que patience,
Bienveillance,
Bonté et serviabilité.

« Maman, pourquoi est-ce qu’elle est là-dedans ? »
Demandent, curieux, les plus petits
En voyant mon fauteuil roulant.Meci-la-vie-2
Et moi, je leur souris
Car j’ai au fond du cœur
Un merveilleux bonheur.

Ça ne peut pas s’expliquer.
C’est le mystère d’une présence,
Une magnifique confiance,
Le fruit d’une espérance.
C’est un cadeau du Ciel,
Une joie perpétuelle,
Qui fait partie de moi,
Tout comme mon handicap.
Je me souviens
Que, quand j’étais petite,
Je me disais :
« Si j’y crois assez fort,
Il se produira un miracle. »
Pourtant, il ne s’est jamais rien passé.

Je suis née quelque partMeci-la-vie-1
Entre hier et aujourd’hui
Mais qui aurait pu croire
Que ce serait ainsi ?
Était-ce le hasard,
Une étrange destinée ?
Moi, j’ai ma petite idée :
Ma vie est le témoignage
Que l’amour est gratuit
Et surtout la preuve
Qu’on peut faire rimer
Bonheur avec handicapé,
Sans armes, ni nuage
Car, au fond, c’est vrai
Dans ma vie, je le répète,
Tout s’est déroulé
Comme sur des roulettes !

Myriam Delvarre

Paru dans la revue « Ombres et lumière» n°144- 4ème trimestre 2003

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *