L’arc-en-ciel

Texte de Véronique

Du temps de Noé à nos jours de pluie en été, l’arc-en-ciel est demeuré le même, une arche entre la terre et le ciel. Il arrive qu’il soit qualifié de spectre et il est vrai qu’on pourrait l’approcher sans jamais le toucher mais n’allez pas le comparer à une sorte de fantôme. Quand celui-ci fait peur, l’arc-en-ciel est une apparition joyeuse et rassurante.

De l’indigo au vermillon, il lance un pont que l’on suit en pensée. On se plaît à imaginer pouvoir l’emprunter pour atteindre les cieux et puis redescendre de l’autre côté sans difficulté. Il suffirait ainsi de pouvoir enjamber des régions hostiles pour atteindre en toute sécurité des contrées plus accueillantes.

L’arc-en-ciel s’apparente au nuage, au sucre d’orge, à la douceur, à la tendresse. Ses mille couleurs harmonisées en dégradé fascinent le regard qui voudrait s’attarder.

Mais quel est-il cet éventail éphémère ? Une clarté qui se dit entre soleil et pluie ; un rayon de lumière qui se réfléchit ; un bleu, un jaune, un vert qui partagent leur vie ; un symbole d’espoir au milieu d’une éclaircie.

C’est pourquoi, lorsque je colorie, le travail ne me semble complet que lorsqu’il se présente en rouge, en orangé… en jaune, en vert, en bleu… en indigo et violet.

Texte de Myriam

L’arc-en-ciel… quel monde de poésie n’évoquent pas ces trois mots. Il a l’air d’être quelque chose d’irréel, une fente dans les cieux sur un monde nouveau.

Assise à l’arrière de la voiture qui avale les kilomètres, je contemple les gouttes de pluie accrochées à la fenêtre. Quand le soleil vient me lécher la nuque et me fait lever la tête, j’aperçois, se découpant dans la profondeur d’un bleu orageux, le miracle de Dieu aux belles couleurs pastel.

« Regardez, il y a un arc-en-ciel. »

Nous restons alors les yeux fixés sur ce pont de lumière, étonnés de le voir encore si éclatant. Nous savons que cela ne va pas durer longtemps ; comme celle des coquelicots sa grâce est éphémère. Et en effet, il s’efface bientôt, laissant dans nos cœurs réjouis son empreinte de vie, l’impression d’avoir vécu un moment béni tel un petit signe pour nous faire plaisir.

Et lorsque certains jours une pluie de tristesse se déverse en mon âme, je me plais à penser qu’au travers de mes larmes, je verrai l’arc-en-ciel iriser mon chagrin et me montrer encore de radieux lendemains.